Un bébé, un avion, une aventure !!

Comme beaucoup de parents avec un enfant en bas âge, nous appréhendions de prendre l’avion et nous avions bien raison! Direction Lanzarote avec départ de Marseille et escale à Madrid… 2 décollages.. 2 atterrissages et 4h de vol. Le vol nous a parût interminableeee, pleurs, cris, passagers aux bords de la crise de nerfs, hôtesses prêtent à nous donner des parachutes… Bon ok ok, on arrête avec nos bêtises.

0047

Pour être honnête, nos appréhensions se sont envolées en même temps que notre avion. Pendant le premier décollage, notre petit Crapaud regardait attentivement la plaquette expliquant les consignes de sécurité. Il ne s’est rendu compte de rien. Et durant le vol, il a trouvé un jeu super qui consiste à monter et baisser les stores des hublots… Heureusement non partagés avec d’autres passagers. Le plus dur pour lui a été la période où il devait avoir la ceinture. Les turbulences l’ont fait rire aux éclats ainsi que l’atterrissage. Il en redemandait!

Durant notre escale à Madrid, nous avons pris le temps de manger et de nous dégourdir les jambes. L’aéroport propose des jeux pour enfant qui ont bien plu à petit Crapaud. Il s’est même fait une copine.

0049

Quelques glissades et bonbons plus tard et c’est reparti pour la deuxième partie de notre voyage. La fatigue se fait sentir pour notre bonhomme, ce qui est souvent signe d’énervement car pas de possibilité pour lui de dormir au calme.

Tant pis, nous montons dans le deuxième avion en croisant les doigts pour que tout se passe aussi bien que le Marseille-Madrid. Comme pour le premier vol, Petit Crapaud n’apprécie pas d’être attaché alors que l’on est à l’arrêt. C’est l’embouteillage sur la piste pour décoller..il faut donc attendre. Pour faire patienter Petit Crapaud, nous lui proposons des dessins animés. Finalement, nous n’avons pas encore décollé que Petit Crapaud est déjà parti rejoindre les bras de Morphée.. 1h30 de repos pendant lequel papa Crapaud en a aussi profité pour somnoler. L’heure de vol restante a été consacrée au goûter et au fameux jeu du hublot.

0055

En conclusion, prendre l’avion avec un enfant en bas âge n’est pas si horrible que ça. Le truc c’est de trouver la petite chose qui l’occupera le plus longtemps possible et de profiter des escales pour le laisser se défouler.

2314

Publicités